1 mois aujourd’hui

Un mois depuis le diagnostic. Un mois de choc, de tristesse, de panique. Un mois qui m’a fait connaître toutes les émotions possibles. Aujourd’hui je me sens mieux. Je suis plus à l’aise d’en parler, même si ça reste difficile de prononcer le mot « autisme ». Flanqué d’un tabou, c’est ce que c’est ou presque. L’écrire ça va, aucun problème, mais le dire? On dirait que ma langue fourche, qu’elle souhaite éviter cette action. Que ce mot n’a pas sa place dans ma bouche… et pourtant!

Pendant le dernier mois, j’en ai lu des documents sur le sujet. J’ai rejoint plusieurs groupes de soutien. Je m’informe, j’apprends. Et pourtant je reste avec tellement de questions dans ma tête! Je lis partout des parents s’affoler parce qu’ils ne reçoivent pas les services dont ils ont besoin. Parce que leur enfant ne fonctionne pas bien à l’école, faute de soutien spécialisé.

Mais où je me retrouve là-dedans? J’ai de la difficulté à voir comment Garçon se classera à l’école. Son cas est léger à modéré… qu’en est-il de tous ces enfants? Sont-ils des cas légers aussi? Les cas lourds sont-ils nécessairement tous dirigés vers les classes spéciales ou les classes autistes? Comme nous sommes en attente pour la suite des services publics avec le CRDI, je ne sais pas où poser toutes mes questions. Les groupes d’entraide me déçoivent, dans la susceptibilité des parents qui en sont membre. Je les comprends tout à fait!!! Mais comment obtenir une réponse juste avec un si haut degré d’émotivité. Visiblement ce n’est pas l’endroit pour ça.

J’ai commencé mon enquête auprès d’une responsable à la commission scolaire. La commission scolaire où peut-être on a envie d’aller s’établir l’an prochain. Parce qu’en plus de vivre dans l’incertitude face à Garçon, on doit aussi prévoir ce déménagement. S’assurer de trouver le meilleur milieu pour lui, et ça ce n’est pas évident. Selon la commission scolaire, les classes (dont j’oublie le nom, adaptées? ressources? pour faciliter la chose je vais les appeler « lclasses spéciales ») spéciales de la région sont localisées dans une municipalité seulement, et elle est plutôt loin de où on souhaitait s’établir. Alors là, non. Il n’est pas question qu’on quitte nos habitudes ici, qu’on intègre une école de quartier et que peut-être on se fasse déplacer dans une école située à plusieurs km de la première! Mais comment savoir? Sommes-nous mieux de rester ici? Mais encore là, la situation ne peut pas durer éternellement avec l’Homme qui voyage près de 3 heures par jour!

Comment savoir de quoi il aura besoin? En ce moment, il est intégré depuis qu’il a 18 mois au CPE. Ça fonctionne relativement bien. Il a besoin de soutien pour certaines choses, mais pour d’autres il s’en sort très bien. Il serait peut-être tout à fait à sa place en classe régulière… mais pas moyen de le savoir. Je me demande si, une fois le suivi au CRDI commencé, ceux-ci pourront nous aider à se faire une idée du parcours scolaire de Garçon? Je suis peut-être naïve, peut-être qu’il n’y a pas de façon de savoir avant qu’il entre à l’école réellement. J’aimerais bien qu’il puisse faire un parcours régulier… mais est-ce pour moi ou pour lui que je souhaite ça?

Rien n’est clair dans ma tête…. même si ça va mieux, les questionnements embrouillent encore mon esprit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s