Moyens thérapeutiques

Je dois avouer quelque chose: Je suis une introvertie. Il semblerait que nous sommes une espèce rare ou encore tabou et que le fait d’être introverti sonne toujours un peu comme une critique, un défaut. Pas pour moi. J’assume complétement mon côté introverti 😉
Qu’est-ce que ça veut dire pour moi? Ça veut dire que lorsque j’ai un coup dur, je préfère digérer tout ça en dedans plutôt que d’en parler de vive voix. Ça veut aussi dire que parfois en groupe, je reste un peu de côté et j’écoute les autres. Non je ne m’ennuie pas, ça ne sert à rien de venir me le demander. Je peux être heureuse sans avoir besoin de crier, rire fort ou danser sans arrêt.

Alors en tant que bonne introvertie quand j’ai un problème et que j’ai besoin d’en parler, je le fais autrement que oralement. Oui, ça m’arrive de parler et de me confier à mes amis ou ma famille, bien sur! Mais j’aime aussi le faire d’autres façons.

  1. Faire de la photo
    Quand je me sens un peu à côté de mes souliers, je sors mon appareil et je croque la beauté autour de moi. Que ce soit un beau paysage d’automne comme ces jours-ci, ou encore les enfants qui s’amusent. Ça me détend et par la suite ça me redonne le sourire quand je traite mes photos à l’ordinateur.
  2. Écrire et lire
    Quand j’ai appris le TSA de garçon, j’ai eu besoin de garder ça en dedans. J’étais incapable d’en parler de vive voix alors je l’ai annoncé par écrit à mes proches. J’ai aussi lu énormément en quelques jours seulement pour apprendre tout ce que je pouvais apprendre sur le sujet. Une fois ce cheminement commencé, j’ai enfin pu en parler de vive voix à d’autres personnes. J’avais besoin de ce temps de pause.

J’aime écrire, c’est probablement pour ça que j’ai commencé ce blog, comme j’en ai eu plusieurs autres avant. Et dernièrement je me suis rappelée, en tombant sur un vieux t-shirt à la maison, du site Nanowrimo.org (National Novel Writing Month). Assez simple comme concept: pendant le mois de novembre, le plus triste de l’année souvent, on se met au défi de rédiger un texte (ou plusieurs) de 50 000 mots et plus! J’ai participé trois années de suite il y a bien longtemps, et j’ai décidé de m’y remettre cette année. J’ai décidé d’écrire au sujet de Garçon, de son cheminement et du mien et de vivre cet exercice comme une thérapie pour m’aider à vivre avec sa différence.
Je commencerai le 1er novembre prochain! 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s